Accueil / Historique et lois physiques

HISTORIQUE – LOIS PHYSIQUES

 

L’oxygénothérapie hyperbare (OHB) est un traitement médical qui remonte à 1600. En 1662, la première chambre de renom a été construite et exploitée par un membre du clergé britannique nommé HENSHAW. Il a érigé une structure intitulée, le DOMICILIUM. En 1878, Paul Bert, un physiologiste français, a découvert le lien entre la maladie de décompression et les bulles d’azote. Bert a identifié plus tard que la douleur pourrait être améliorée avec la re-compression. Le concept de traitement des patients sous pression a été poursuivi par le chirurgien français Fontaine, qui a construit en 1879 une salle d’opération mobile sous pression. Fontaine a constaté que sous pression, l’oxyde nitreux inhalé augmentait améliorant ainsi l’oxygénation de ses patients.

Au début des années 1900, le Professeur Orville Cunningham, anesthésiste, a observé que l’état des patients atteints de certaines maladies cardiaques était amélioré lorsque ceux-ci vivaient près du niveau de la mer contrairement à ceux qui vivaient à des altitudes plus élevées. Son succès retentissant l’a amené à développer en 1928 l’hôpital STEEL BALL, situé le long du rivage du lac Érié.

Par la suite, les chambres hyperbares ont été développées par les militaires dans les années 1940 pour traiter les accidents de plongée de décompression. Dans les années 1950, les médecins ont d’abord utilisé L’OHB en chirurgie cardiaque et pulmonaire, ce qui a conduit à son utilisation pour l’intoxication au monoxyde de carbone dans les années 1960. Depuis lors, plus de 10 000 essais cliniques et études de cas ont été réalisés pour de nombreuses autres applications dans le secteur de la santé, la grande majorité des résultats présentant un succès retentissant.

Les mécanismes physiologiques expliquant l’intérêt de l’oxygénothérapie hyperbare reposent sur 2 grandes lois : les lois de Boyle – Mariotte et de Henry qui permettent de comprendre le mécanisme de l’augmentation de l’oxygénation des tissus.

 LA LOI DE HENRY

À une température constante, la quantité d’un gaz donné qui se dissout dans un type et volume de liquide donné est directement proportionnelle à la pression partielle de ce gaz en équilibre avec ce liquide.
La pression est nécessaire pour qu’un gaz (oxygène) se dissolve efficacement dans un liquide (plasma sanguin). Un environnement de pression hyperbare favorise la dilution de l’oxygène dans les liquides corporels.

 

 


LA LOI DE BOYLE – MARIOTTE

La loi de Boyle-Mariotte relie la pression et le volume d’un gaz parfait à température constante. En d’autres termes, maintenir la température constante pendant une augmentation de pression d’un gaz exige une diminution de volume. Inversement, la réduction de la pression du gaz passe par une augmentation de volume.